Accueil Conteur Photographe-aventurier Ethnographe Auteur Médias Calendrier
Marc Laberge - Dans les medias
Revue de presse - Conteur
Revue de presse - Photographe
Accès médias (professionnels)




 

Trouver son conte

Mario Cloutier
La Presse, Montréal
Jeudi 3 novembre 1994

De l'histoire ancienne, le conte? Rien que pour les enfants, dites-vous? Il n'y aurait plus de place pour Tante Lucille ou Fanfreluche à l'âge du vidéoclip et de l'autoroute électronique? Pas si vite...!

Vrai, le conte est un moyen simple et traditionnel de transmettre la connaissance. Son origine se perd dans... les mille et une nuits des temps. Mais sa fin, non plus, n'est pas en vue. La féerie et le fantastique sont depuis toujours les outils du conte. Et à ce compte, il n'y a tout simplement plus de limite pour le conteur contemporain qui vit à l'époque des vaisseaux spatiaux et des monstres technologiques !

Conte initiatique, traditionnel, thérapeutique, conte chanté ou joué, conte québécois, russe, arabe ou africain... Il existe autant de contes que de conteurs, autant de conteurs que de cultures, et moins de cultures que d'histoires passées, présentes ou encore à inventer.

Le Festival interculturel du conte de Montréal racontera tout cela et plus encore, du 4 au 13 novembre. Nuit du conte, spectacle pour petits et grands, avec ou sans musique, colloque, histoires racontées par un ou plusieurs conteurs, soirée de racontage pour conteurs en herbe... Bref, le conte sous toutes ses formes.

Une trentaine de conteurs et conteuses d'ici et d'ailleurs, dont certains sont originaires du Maghreb, de France et d'Angleterre, participent à la deuxième édition de cet événement interculturel. Parmi eux, on retrouve l'Haïtienne Joujou Turenne, entourée ci-dessus de Ndiouga Sarr, du Sénégal, et de Marc Laberge, conteur québécois et directeur du Festival.

« Le théâtre, le cinéma et la musique ont leurs festivals, dit-il. C'est au tour du conte de prendre sa petite place.  Petite, parce que le conteur n'a besoin que de très peu de choses: un lieu, quelques spectateurs et la magie s'installe. C'est ça aussi le plaisir du conte. »

Dans sa grille horaire, le Festival a divisé les spectacles en quatre catégories d'âge : 5 ans et plus, 8 ans et plus, adultes, pour tous. Le coût des billets étant tout à fait économique (de 2 $ à 10 $), on peut vraiment dire que petits et grands auront les moyens de se payer une heure du conte bien à eux.